Le traitement inversible C4

Le C4 est un processus de développement qui permet d’obtenir un positif noir et blanc à partir de n’importe quel type de film (inversible noir et blanc, négatif noir et blanc, mais aussi inversible couleur ou négatif couleur).

En résumé :

La pellicule doit être plongée à la suite dans 5 bains successifs (sans compter les bains de rinçage) qui sont :

  • Le premier révélateur (D94), qui révèle l’image négative
  • Le blanchiment (R9), qui élimine les grains d’argent constituant l’image négative
  • Le clarificateur (CB2), qui clarifie le négatif et lui rend sa transparence
  • Le second révélateur (D95), qui va inverser l’image
  • Le fixateur (F5), qui va, comme son nom l’indique, fixer l’image

Les 3 premiers bains doivent avoir lieu dans le noir total. À la suite du clarificateur, la lumière est rallumée et la pellicule doit être exposée à la lumière (100 Watts à 30cm ou lumière du jour) durant 2 minutes (on la voile avant de la redévelopper). Après quoi, elle est plongée dans le second révélateur. La suite du process se passe à la lumière.

Les temps de développement :

Le temps d’immersion de la pellicule dans chacun des bain est relatif au type de pellicule ainsi qu’au métrage préalablement développé dans les dits bains. Certains temps sont disponibles ici.

Durée de conservation :

Une fois mélangée au sulfocyanure, le révélateur voit sa durée de vie très réduite (quelques heures). C’est pourquoi le produit extrêmement oxydant qu’est le sulfocyanure doit être ajouté à la toute fin du mélange, voire même juste avant son utilisation.

Les 4 autres produits peuvent être conservés plus durablement.

Nombre de pellicules

Pour un litre de D94, nous comptons environ 0,50m² de film développable. Soit, au choix selon les formats : 15m de pellicule cinéma 35mm, 30m de pellicule 16mm, 4 cartouches de super8 ou 9 films photo 135.

Les 4 autres produits peuvent être utilisés plus longtemps.


Détail des différentes étapes d’un développement en C4


c4-developpement-inversible

Dans les étapes suivantes, nous nous basons sur un développement classique couramment effectué à 20°C. D’autres alternatives existent en terme de température, nous en parlons plus bas.

Étape 1 : pré-bain

L’étape du pré-bain est optionnelle. Elle permet entre autre de mettre la pellicule à température et d’éviter ainsi le « choc thermique » au moment du premier révélateur. Le premier bain doit donc être maintenu à environ à 20°C (température du D94). Il doit être constitué uniquement d’eau déminéralisée et on peut y ajouter quelques gouttes d’agent mouillant. L’agent mouillant permet de lubrifier la pellicule, l’aidant par la suite à recevoir le révélateur de manière plus homogène. Comptez 2 minutes (sans agiter la spire pour éviter de faire mousser le produit).

Étape 2 : premier révélateur

L’étape la plus déterminante. Il s’agit du bain qui va révéler l’image (le négatif). Quelques secondes et quelques dixièmes de degrés en plus ou en moins dans le premier révélateur auront une action visible sur votre film (que ce soit en terme d’exposition, de contraste ou de densité). La température doit être très précisément à 20°C. La spire doit être agitée régulièrement et de manière continue dans le produit afin de chasser les éventuelles bulles d’air qui se seraient déposées sur la pellicule et également d’atiser l’action du révélateur en en renouvelant les molécules limitrophes aux grains d’argent. Le temps d’immersion dans le premier révélateur dépend majoritairement de l’émulsion de votre pellicule. À titre d’exemple, pour un produit non usagé, le temps d’immersion dans le D94 est de 2mn pour de la kodak tri-x 16mm 200 ISO.

Étape 3 : rinçage

Agitez la spire dans l’eau durant une trentaine de secondes afin de retirer toute trace de révélateur à votre film. Cette action a pour double effet d’éviter que des restes de révélateurs ne continuent l’action du développement et que ces mêmes restes viennent éventuellement contaminer le bain suivant. L’eau utilisée peut être de l’eau non déminéralisée (une eau filtrée est toutefois recommandée). La température de l’eau de rinçage tolère l’aproximation mais elle doit toutefois avoisiner les 20°C afin d’éviter de faire subir au film des chocs thermiques.

Étape 4 : blanchiment

50 secondes minimum pour tout type d’émulsion. Tout comme dans le d94, la spire doit être agitée régulièrement et continuellement dans le bain. L’image argentique négative est transformée en un sel d’argent soluble dans l’eau et éliminée. Le produit doit être à peu près à 20°C.

Étape 5 : rinçage

Agitez à nouveau la spire une eau à 20°C durant une trentaine de secondes afin de retirer toute trace de blanchiment à votre film et d’éviter de contaminer le bain suivant. L’eau utilisée peut ici aussi être de l’eau non déminéralisée (une fois encore, une eau filtrée est toutefois recommandée).

Étape 6 : clarification

Agitez régulièrement et continuellement votre spire dans le bain durant 30 secondes minimum. Le bain de clarification fait disparaître la coloration jaune de la gélatine due au bain de blanchiment. Le produit doit être à peu près à 20°C

Étape 7 : rinçage

Agitez à nouveau la spire dans une eau à 20°C durant une trentaine de secondes afin de retirer toute trace de produit à votre film et d’éviter de contaminer le bain suivant. L’eau utilisée peut ici aussi être de l’eau non déminéralisée (une fois encore, une eau filtrée est toutefois recommandée).

Étape 8 : insolation

Rallumez la lumière ! Le film est exposé sur ses deux faces à la lumière diffuse (100 Watts à 30cm ou lumière du jour). Comptez 2mn. Dans les cristaux d’halogénure d’argent encore présents dans la couche se forment des germes de développement. Une image latente développable est née. La suite du travail se passe à la lumière du jour.

Étape 9 : second révélateur

Agitez la spire régulièrement et continuellement durant 50 secondes (temps toujours donné pour le développement d’un film kodak tri-x 16mm 200 ISO à 20°C). On inverse l’image. L’image positive latente devient visible.

Étape 10 : rinçage

Agitez à nouveau la spire dans l’eau durant une trentaine de secondes afin de retirer toute trace de produit à votre film et d’éviter de contaminer le bain suivant. L’eau utilisée peut ici aussi être de l’eau non déminéralisée (une fois encore, une eau filtrée est toutefois recommandée).

Étape 11 : fixateur

2 à 3 minutes en agitant légèrement la spire chaque minute dans un bain à 20°C environ

Étape 12 : rinçage à grande eau

Multipliez les bains (un bain toutes les 5 minutes entre 8 à 10 fois). L’eau utilisée doit être suffisement dure pour permettre de mieux éliminer éliminer toute trace d’hyposulfite de sodium (composant du fixateur).

Étape 13 : rinçage l’eau déminéralisée

Un dernier rinçage à l’eau déminéralisée permettra de nettoyer les éventuelles traces de calcaire déposées par l’eau utilisée lors du rinçage précédent. Il est recommandé d’ajouter quelques gouttes d’agent mouillant afin de faciliter le séchage à venir. Comptez 3 à 4 minutes.


Formule des différents bains du C4


Chacune des solutions (D94, R9, CB2, D95, F5) doit être préparée dans de l’eau déminéralisée maintenue à une température comprise entre 45°C et 50°C. Pour 1 litre de produit, comptez environ 700 ml d’eau auxquels seront d’abord ajoutées chaque chimies tour à tour puis enfin la quantité suffisante d’eau pour atteindre les 1 litre de produit (la mention QSPF signifie « quantité suffisante pour faire », il s’agit de l’eau à ajouter pour atteindre la quantité désirée de liquide).

Attention : afin de ne pas obtenir de réactions contraires à celles désirées, chaque chimie doit être, tour à tour, parfaitement dissoute dans le mélange et dans l’ordre décrit dans la formule.

D94 : 1er révélateur 1 litre 1,5 litre 2 litres
Génol 0,6 g 0,9 g 1,2 g
Sulfite de Sodium 50 g 75 g 100 g
Hydroquinone 20 g 30 g 40 g
Bromure de potassium 8 g 12 g 16 g
Sulfocyanure de sodium 6 g 9 g 12 g
Soude 20 g 30 g 40 g
Eau déminéralisée QSPF 1 litre QSPF 1,5 litre QSPF 2 litres
R9 (blanchiment) 1 litre 1,5 litre 2 litres
Bichromate de Potassium* 9,5 g 14,25 g 19 g
Acide sulfurique concentré 12 ml 18 ml 24 ml
Eau déminéralisée QSPF 1 litre QSPF 1,5 litre QSPF 2 litres

*Le bichromate de potassium étant maintenant (ou tout du moins très prochainement) interdit à la vente dans l’union européenne (sauf dérogation), celui-ci peut ici être remplacé par du permanganate de potassium. Pour accéder à la formule, cliquez ici : http://www.cnc-asso.com/procede-inversible-c4-sans-bichromate/

CB2 (clarification) 1 litre 1,5 litre 2 litres
Sulfite de sodium 210 g 315 g 420 g
Eau déminéralisée QSPF 1 litre QSPF 1,5 litre QSPF 2 litres
D95 (2nd révélateur) 1 litre 1,5 litre 2 litres
Génol 1 g 1,5 g 2 g
Sulfite de sodium 50 g 75 g 100 g
Hydroquinone 20 g 30 g 40 g
Bromure de potassium 5 g 7,5 g 10 g
Iodure de potassium 0,25 g 0,38 g 0,5 g
Soude 15 g 22,5 g 30 g
Eau déminéralisée QSPF 1 litre QSPF 1,5 litre QSPF 2 litres
F5 (fixateur) 1 litre 1,5 litre 2 litres
Hyposulfite de sodium 240 g 360 g 480 g
Sulfite de Sodium 15 g 22,5 g 30 g
Acide acétique à 80% (ml) 17 ml 25,5 ml 34 ml
Acide Borique cristallisé 7,5 g 11,5 g 15 g
Alun de potassium 15 g 22,5 g 30 g
Eau déminéralisée QSPF 1 litre QSPF 1,5 litre QSPF 2 litres

3 commentaires sur “Le traitement inversible C4


  1. Merci 😉

    À priori, la phase dans le noir n’est nécessaire que jusqu’au R9 (compris) et non pas jusqu’au CB2 comme indiqué sur le schéma et dans les annotations, ça simplifie un peu la procédure. Je refais tout de même un test sur une pellicule avant d’éditer le sujet.

    Pour ce qui est de la formule au permanganate, nous ne sommes vraiment pas satisfaits des résultats obtenus. Donc, mieux vaut rester au bichromate pour l’instant. Nous allons faire des tests plus poussés pour voir si cette formule peut s’avérer aussi efficace que la classique au bichromate.

Laissez un commentaire
(celui-ci sera publié en ligne sitôt que le modérateur en aura pris connaissance)