Journal du CNC

émulsion artisanale

09/04/2016

Suite à nos nouvelles tentatives sur le projet d’une émulsion artisanale, nous avons obtenu une exposition correcte, non plus en 4 minutes de pause mais bien en 20 secondes ! (Ouverture à F 2.8, toujours en extérieur mais avec une météo très moyenne). Mea-culpa, on est encore loin du but recherché mais passer des minutes aux secondes a quand même représenté une forte joie sur le moment.

Après analyse de la situation, et bien que certains de nos paramètres avaient été changés lors de la fabrication de l’émulsion (agitation faite non plus à la main mais au batteur électrique et ajout d’une maturation de quelques minutes une fois la précipitation terminée), nous en avons conclu que la grande différence de temps de pause n’était pas due à cela mais au couchage de l’émulsion sur le film polyester. Le négatif ci-dessous (bien qu’ayant souffert de manipulations intempestives), montre aux endroits dont l’épaisseur de l’émulsion est plus importante, une gain de piqué non négligeable. Ce qu’on en conclu en gros : plus la couche est épaisse, plus il y a de cristaux et donc plus il y a de chance de capter des photons (d’où gain de temps à l’exposition et gain de piqué).

emulsion gélatino-bromure d'argent cnc

Néanmoins et malgré l’évolution, le temps d’exposition, même pour une recette très simple, reste largement insatisfaisant lorsque les temps estimés devraient être de la demi-seconde à F 5.6. en plein soleil : http://disactis.com/gelatino/gelatino.php

Après de longues interrogations, une de nos piste serait une lavage inefficace de notre émulsion. En effet, soucieux de conserver notre gélatine la plus solide possible lorsqu’elle était dans l’eau, nous avons toujours pris le soin de placer celle-ci dans le réfrigérateur (faisant descendre la température l’eau entre 3 et 5°C). Hors, nous observons sur ce lien https://fr.wikipedia.org/wiki/Nitrate_de_potassium que le nitrate de potassium dont nous voulons nous débarrasser grâce aux lavages n’est soluble dans l’eau qu’à partir de 25°C. Une nouvelle émulsion est donc en route, cette fois-ci, lavée à une température nettement supérieur que jusqu’alors.

En ce qui concerne le grain, nous l’avons analysé au microscope et l’avons comparé à celui de la Tri-X de Kodak.

[Photos microscope]Emulsion CNC 140ph 0,25µ

[Photos microscope]Emulsion Tri-X Kodak Pan 57ph

[Photos microscope]Comparaison émulsions CNC et Tri-X

[Photos microscope]Comparaison émulsions CNC (STEREO 140ph) et Tri-X Pan (STEREO 57 ph), 0,25µ

[Photos microscope]Zoom comparaison émulsions CNC (STEREO 140ph) et Tri-X Pan ( 57 ph) 0_25µ

On y perçoit entre autre un grain extrêmement fin. Nul doute qu’une fois notre recette de base élaborée et le couchage de l’émulsion au point, il nous faudra par la suite, pour faire monter la sensibilité, parvenir à faire grossir ce grain (la marge est grande aux vues de la tri-x).

Atelier moulage/modelage avec Christine Champagne

18/03/2016

Avec Christine Champagne , artiste protéiforme et nouvelle adhérente du CNC, nous avons prévu un petit échange d'atelier : moulage et modelage/ photo alternative.

Mon projet est de créer une oreille-fossile ou oreille-ammonite pour un projet de film qui sert d'objet de jeu ou de déco, et une deuxième qui servira de prothèse au comédien.

Quelques images d'inspiration-fossile :

galerie
ammonite

Avec Christine, nous avons donc travaillé à la réalisation d'un test, afin d'apprendre les différentes bases du travail de prise d'empreintes/moulage/modelage/finitions peintes

La première étape à consisté à prendre l'empreinte de l'oreille de Stephen qui s'est sympathiquement prêté au jeu :) .

moulage

Il faut tout d'abord préparer la personne dont on veut prendre l'empreinte : la première chose est de la relaxer et de l'installer confortablement. Ensuite on protège ses cheveux par du film étirable transparent, bien serré, et on évite au maximum de laisser des poils, cheveux, à découvert pour éviter les douleurs d'arrachement au démoulage! De la vaseline est appliquée sur les poils restants...

Une fois cette première étape de préparation terminée, nous pouvons procéder à la prise d'empreinte de notre sujet.

Pour cela nous avons utilisé de l'élastomère de silicone (marque Esprit Composite) adapté à la prise d'empreinte de la peau (ne pas oublier de faire un petit test sur la main de la personne avant de lui en mettre plein l'oreille! on ne sait jamais si la personne est allergique...ce qui heureusement n'était pas notre cas :)

L'élastomère de silicone se présente en deux parties à mélanger à part égale : une base et un catalyseur. On a d'abord appliqué une première couche au pinceau fin afin de prendre l'empreinte de l'oreille dans ses moindres recoins et d'éviter la formation de bulles d'air. Lorsque une première couche est apposée on continue de couler du produit en plus grande quantité afin de créer un moulage suffisamment large autour de l'oreille.

Une fois l'élastomère un peu 'pris' il suffit de le lisser avec un peu d'eau. Nous avons ensuite réalisé un contre-moule en bandes de plâtre afin de renforcer celui en élastomère. A la fin de la prise du plâtre, les deux moules sont retirés précautionneusement dans un jeu de va-et-vient.

Nous avons ensuite réalisé un tirage en plâtre de l'oreille

tirage

Le but étant d'obtenir une oreille ressemblant à une ammonite, nous avons ensuite travaillé avec de l'argile auto-durcissante pour rajouter de la matière sur l'oreille initiale (en plâtre), la strier, lui apporter des petits impacts (avec les poils d'une brosse à dent, des mirettes etc...)

oreille ammonite

Une fois l'oreille-ammonite en argile terminée, nous avons à nouveau réaliser l'empreinte de celle-ci avec de l'elastomère de silicone de la même façon que dans l'étape 1 et avons renforcé avec un contre-moule en plâtre coulé par dessus l'empreinte. L'enceinte, réalisée en plastiline, que l'on peut voir tout autour du moulage a pour but de retenir le plâtre!

stage-moulage1

Nous voici donc maintenant avec un moule de l'oreille de Stephen classique, et un moule de l'oreille modifiée en ammonite.

Nous avons effectué un tirage en plâtre de l'oreille-ammonite

stage-moulage4

puis l'avons peinte avec de la peinture à la caséine, autrement dit du lait et du pigment! J'ai ici utilisé plusieurs pigments de couleurs terres, renforcé les ombres pour apporter de la profondeur et du blanc de meudon ...

voici donc le premier résultat d'oreille-ammonite :

oreille oreille2

Si le résultat est encore à travailler et à améliorer, cette première tentative pour moi qui n'ai jamais touché au moulage et modelage est très encourageante et donne envie de continuer!

On l'aura deviné, l'oreille n'est pas la partie du corps la plus simple à mouler et modeler! Mais c'est le défi et c'est un labyrinthe anamorphiquement fascinant, raison pour laquelle je l'ai choisie pour mon film :)

Mais c'est loin encore d'être fini : comme l'oreille a deux rôles dans mon film : celle de fossile trouvé parmi d'autres, puis celle de prothèse portée par un acteur, il faudra encore réaliser un tirage en latex de la prothèse.

Pour cela nous avons besoin de la forme de l'oreille du comédien (dans le cas présent nous avons celle de Stephen), et l'ajout de matière pour ressembler à l'ammonite. Il va donc falloir couler la mousse de latex dans un moule composé de deux parties :

- celle d'un tirage en plâtre de l'oreille classique

- celle de l'empreinte de l'oreille-ammonite

Pour pouvoir positionner ces deux parties l'une sur l'autre et les faire s'emboîter sans risque de bougé lors du coulage de la mousse de latex il a fallu créer ce qu'on appelle des clés de positionnement (mâles en rajoutant des petits bouts de plâtre / femelles en créant des trous) :

clés

Il a fallu ensuite créer un trou de coulée dans le creux de l'oreille pour permettre de couler la mousse de latex et de le faire pénétrer dans tout le moule, de la meilleure façon possible

:

ici un trou de perceuse a été réalisé dans le tirage en plâtre de l'oreille-classique :

trou

Ce qui après emboîtement du tirage de l'oreille-classique et du moule oreille-ammonite donne ceci :

moule

Il ne restera qu'à couler le latex dans le trou pour obtenir notre prothèse! La suite au prochain rdv...

Émulsion film, premiers essais

24/01/2016

Au CNC on aimerait réaliser notre propre émulsion et pellicule artisanale. Après multiples recherches, lecture sur internet et dans les livres photo/cinéma, nous avons décidé de partir de la formule la plus simple pour fabriquer notre première émulsion au gélatino-bromure d'argent et de procéder étape par étape afin d'améliorer et maîtriser nos résultats au fil du temps.

Pour cette première session, nous avons choisi une formule basique, à base de bromure de potassium, de nitrate d'argent et de gélatine alimentaire porcine.

Après préparation de l'émulsion nous avons couché celle-ci au pinceau sur un morceau de pellicule 120 blanchie et avons réalisé notre première photo avec :

negatif emulsion 1

Le négatif d'origine (point de vue de notre atelier)

positif emulsion 1

En version positive

Nous sommes contents de voir un résultat malgré les 4 minutes de pose nécessaires pour obtenir ce cliché ! Ceci dit c'est toujours moins que le Point de vue du Gras (plus de 8h de pose!) Pour la prochaine émulsion, on espère un peu plus de sensibilité :)

Nous écrirons prochainement un article sur la procédure détaillée de fabrication de l'émulsion...A suivre donc!