émulsion artisanale

Suite à nos nouvelles tentatives sur le projet d’une émulsion artisanale, nous avons obtenu une exposition correcte, non plus en 4 minutes de pause mais bien en 20 secondes ! (Ouverture à F 2.8, toujours en extérieur mais avec une météo très moyenne). Mea-culpa, on est encore loin du but recherché mais passer des minutes aux secondes a quand même représenté une forte joie sur le moment.

Après analyse de la situation, et bien que certains de nos paramètres avaient été changés lors de la fabrication de l’émulsion (agitation faite non plus à la main mais au batteur électrique et ajout d’une maturation de quelques minutes une fois la précipitation terminée), nous en avons conclu que la grande différence de temps de pause n’était pas due à cela mais au couchage de l’émulsion sur le film polyester. Le négatif ci-dessous (bien qu’ayant souffert de manipulations intempestives), montre aux endroits dont l’épaisseur de l’émulsion est plus importante, une gain de piqué non négligeable. Ce qu’on en conclu en gros : plus la couche est épaisse, plus il y a de cristaux et donc plus il y a de chance de capter des photons (d’où gain de temps à l’exposition et gain de piqué).

emulsion gélatino-bromure d'argent cnc

Néanmoins et malgré l’évolution, le temps d’exposition, même pour une recette très simple, reste largement insatisfaisant lorsque les temps estimés devraient être de la demi-seconde à F 5.6. en plein soleil : http://disactis.com/gelatino/gelatino.php

Après de longues interrogations, une de nos piste serait une lavage inefficace de notre émulsion. En effet, soucieux de conserver notre gélatine la plus solide possible lorsqu’elle était dans l’eau, nous avons toujours pris le soin de placer celle-ci dans le réfrigérateur (faisant descendre la température l’eau entre 3 et 5°C). Hors, nous observons sur ce lien https://fr.wikipedia.org/wiki/Nitrate_de_potassium que le nitrate de potassium dont nous voulons nous débarrasser grâce aux lavages n’est soluble dans l’eau qu’à partir de 25°C. Une nouvelle émulsion est donc en route, cette fois-ci, lavée à une température nettement supérieur que jusqu’alors.

En ce qui concerne le grain, nous l’avons analysé au microscope et l’avons comparé à celui de la Tri-X de Kodak.

[Photos microscope]Emulsion CNC 140ph 0,25µ

[Photos microscope]Emulsion Tri-X Kodak Pan 57ph

[Photos microscope]Comparaison émulsions CNC et Tri-X

[Photos microscope]Comparaison émulsions CNC (STEREO 140ph) et Tri-X Pan (STEREO 57 ph), 0,25µ

[Photos microscope]Zoom comparaison émulsions CNC (STEREO 140ph) et Tri-X Pan ( 57 ph) 0_25µ

On y perçoit entre autre un grain extrêmement fin. Nul doute qu’une fois notre recette de base élaborée et le couchage de l’émulsion au point, il nous faudra par la suite, pour faire monter la sensibilité, parvenir à faire grossir ce grain (la marge est grande aux vues de la tri-x).